Japon – C’est la rentrée des classes malgré la crise sanitaire

Avec le début du nouveau semestre pour les écoles au Japon, la situation sanitaire reste préoccupante avec une explosion du nombre de cas variant Delta du Covid-19. Beaucoup de parents ont pris la décision de ne pas envoyer leurs enfants en cours. La reprises des cours après une période de vacances d’un mois a coïncidé avec une augmentation significative du nombre de cas d’enfants contractant le coronavirus, ce qui a pu relancé le débat sur le retour des enfants à l’école malgré la situation sanitaire actuelle.

Les données du ministère de la Santé ont montré que le nombre d’enfants de moins de 19 ans testés positifs a atteint le nombre de 30 427 au niveau du pays jeudi dernier, soit six fois le nombre constaté un mois plus tôt lors des vacances d’été. Les parents d’élèves restent assez inquiets et préfèrent garder leurs enfants à la maison.

C’est le cas dans la ville de Miyazaki où lors du premier jour de rentrée, il manquait à l’appel 1098 élèves, soit 3,4% du total des élèves. C’est la première fois que l’on comptabilise autant d’absentéisme dans la ville. Les raisons invoquées par les parents sont l’inquiétude que leurs enfants tombent malade et qu’ils transmettent le virus à toute la famille, où parfois certains membres ont déjà des soucis de santé.

Au niveau des communes, des maires ont annoncé vouloir prendre des mesures pour limiter les contacts en réduisant le nombre d’heures de cours et en étalant les heures de début de cours pour les élèves. Le ministère de l’Education a également transmis un guide de bonnes pratiques dans les régions les plus touchées par l’épidémie pour limiter la propagation du virus. Par exemple, si deux élèves d’une même classe contractent le coronavirus, la classe devra fermer pour cinq à sept jours

Les dernières infos du Japon : Faillite d’un hopital à Osaka – un suspect arrêté suite à l’attaque à l’acide dans le métro de Tokyo

UN HOPITAL D’OSAKA AYANT ACCUEILLI DES PATIENTS COVID EN FAILLITE

Un hôpital d’Osaka ayant accueilli des patients ayant le COVID-19 a demandé sa mise en faillite auprès du tribunal d’Osaka. L’établissement avec une dette de 5,2 milliards de yens (40 millions d’euros environs). Cette dette serait dû à une détérioration du nombre de patients accueillis par l’hôpital à partir du moment où elle a commencé à soigner des patients atteints de COVID-19. Il s’agit du premier établissement hospitalier japonais concerné par ce phénomène. L’hôpital Matsumoto avait ouvert en 1938.

L’hôpital a aussi joué de malchance ces derniers mois. Un investissement important avait été effectué pour ouvrir un nouveau service médical, du personnel médical a contracté le coronavirus, ce qui a contribué à une baisse de fréquentation de l’établissement.

Les responsables espèrent encore sauver l’hôpital avec l’arrivée d’un nouvel investisseur.

UN SUSPECT ARRÊTÉ SUITE À L’ATTAQUE À L’ACIDE DANS LE MÉTRO DE TOKYO

Un suspect arrêté à Okinawa suite à l’attaque à l’acide dans le métro de Tokyo la semaine dernière. Hirotaka Hanamori, âgé de 25 ans est suspecté d’avoir attaqué à l’acide sulfurique un homme à la station de métro Takanawa mardi soir. Au moment de son arrestation, il a refusé de répondre aux questions de la police. Le motif de l’agression reste encore inconnue.

La victime a été blessée au visage et aux yeux. Une personne à coté de lui a subi des brûlures aux jambes. L’agresseur et la victime, tout deux anciens étudiants de l’Université Ryukyu d’Okinawa se sont connus dans un ciné-club à l’époque.

Grace aux caméras de sécurité, les policiers ont pu retracer les déplacements d’Hanamori avant l’agression. Parti de Shizuoka, il s’est rendu à Tokyo à proximité du lieu de travail de la victime. Suite à l’agression, le suspect a pris le Shinkansen à la gare Shinagawa pour rentrer chez lui.

Japon – Vers une extension de l’état d’urgence à huit préfectures supplémentaires

Alors que s’ouvre les Jeux paralympiques de Tokyo, le nombre de cas de COVID-19 au Japon continue de progresser de manière inquiétante. Le gouvernement pour enrayer cette spirale négative envisage de déclarer de nouveau l’état d’urgence dans huit autres régions du Japon. Actuellement, l’état d’urgence est en vigueur à Tokyo et dans 12 préfectures( Ibaraki, Tochigi, Gunma, Chiba, Saitama, Kanagawa, Shizuoka, Kyoto, Osaka, Hyogo, Fukuoka et Okinawa).

Ainsi, cela pourrait concerner Hokkaido, Miyagi, Gifu, Aichi, Mie, Shiga, Okayama et Hiroshima à partir de vendredi 27 août et ce jusqu’au 12 septembre. Le Premier Ministre japonais a rencontré les membres de son cabinet ainsi que les ministres de la Santé et du COVID-19 pour prendre une décision d’ici mercredi. D’autres préfectures devraient connaitre aussi assez rapidement un retour de l’état d’urgence. Il s’agirait des préfectures de Kochi, Saga, Nagasaki et Miyazaki.

Pour rappel, l’état d’urgence au Japon consiste à demander aux restaurants de ne pas servir d’alcools ou de proposer de karaoke dans leur établissement et de fermer à 20h, dans le même les responsables des grands magasins et des centres commerciaux sont invités à limiter le nombre de personnes entrant dans leur établissement.

Le Premier Ministre japonais a de nouveau demandé aux Japonais de limiter leur sortie dans les endroits très fréquentés et aux employeurs de favoriser le télétravail de leurs employés. Les hôpitaux japonais sont submergés par les patients atteints de Covid-19 et beaucoup de patients doivent se soigner à domicile faute de place. De nombreuses voix demandent le retour de l’état d’urgence dans tout le Japon pour soulager les personnels hospitaliers et réduire de manière durable la pandémie.

JO Tokyo 2020 -900 000 personnes ne pourront finalement pas assister aux Jeux olympiques

Avec les restrictions liées à la pandémie de COVID-19, les heureux élus ayant obtenu des places pour les différentes épreuves des Jeux Olympiques de Tokyo n’auront finalement pas leurs tickets garantis

.Cela concernerait un quart des propriétaires de tickets qui pourraient finalement ne pas pouvoir utiliser les places initialement achetées, soit 900 000 personnes. Une nouvelle loterie est prévue le 6 juillet pour réattribuer les places déjà vendues a indiqué le comité d’organisation des jeux de Tokyo. Le responsable de la billetterie Hidenori Suzuki a exprimé ses profonds regrets et a indiqué malheureusement qu’il n’y avait pas d’autres solutions possibles.

Cette annonce fait suite à la décision de réduire les jauges de spectateurs pour toutes les épreuves de la compétition. Cette jauge pourrait de nouveau être réduite en cas de nouvel état d’urgence et donner lieu à une nouvelle loterie pour réattribuer à nouveau les tickets.

Cette réduction des jauges, bien que nécessaire, en raison du contexte sanitaire actuel est un véritable coup dur pour les organisateurs car elle engendre une perte de revenus significatives. A cela s’ajoute l’interdiction des spectateurs étrangers de se rendre au Japon et qui aurait été également une source de revenus non négligeable pour le Japon.

Dans le même, les organisateurs ont précisé les règles à respecter pour les spectateurs des épreuves. L’achat et la consommation d’alcools sur les sites olympiques ne seront pas possibles. Il leur a été conseillé de ne pas prendre de repas ou de passer la nuit en dehors de leur lieu de résidence habituel pour éviter tout attroupement aux alentours des sites olympiques. Les fans devront porter un masque en permanence et devront limiter les interactions physiques avec les autres spectateurs.

Japon – Début de la campagne de vaccination pour les plus de 18 ans dans les vaccinodromes

La campagne de vaccination contre le Covid-19 au Japon accélère avec l’ouverture de la vaccination au plus de 18 ans. Jusqu’à maintenant la priorité était donnée aux plus de 65 ans et aux personnels médicaux.

Cet élargissement des bénéficiaires au vaccin intervient alors que de nombreux créneaux dans les « vaccinodromes » ne trouvaient plus preneur. Plus de 90% des créneaux de vaccination sur un total de 70 000 ont été attribués dans le centre de vaccination de Tokyo. Dans le même temps dans le centre d’Osaka, ce sont 20 000 créneaux sur les 35 000 disponibles qui restent encore vacant.

Les « vaccinodromes » de l’état japonais peuvent injecter 10 000 vaccins par jour dans celui de Tokyo et 5000 dans celui d’Osaka. Pour pouvoir être vaccinés, les volontaires doivent obtenir au préalable un coupon auprès de leur mairie et effectuer une réservation sur le site du ministère de la Défense, par Line ou par téléphone.

La création des centres de vaccination ont été créés le mois dernier pour amplifier le nombre de vaccination quotidienne alors que le Japon accuse un retard sur le nombre de vaccinés par rapport à d’autres pays dans le monde. A la base, les centres avaient mis en place pour les plus de 65 ans résidant dans sept préfectures des agglomération de Tokyo et du Kansai.

10 Millions de Japonais ont reçu une première injection de vaccin contre le Covid-19

Le gouvernement japonais a annoncé avoir atteint le cap des 10 millions de Japonais ayant reçu au moins une première injection de vaccin contre le Covid-19.

Un premier cap de franchi pour l’archipel nippon qui accuse un retard par rapport aux autres pays développés. Parmi ces 10 millions de Japonais, on compte 4,7 millions de personnels médicaux et 5,7 millions de personnes de plus de 65 ans, ce qui représente 8% de la population totale du pays. Mais sur cette part de la population, 3,6 millions ont reçu deux doses de vaccin, soit 3% de la population japonaise.

Le gouvernement japonais espère que l’ensemble des personnels médicaux soient vaccinés d’ici une dizaine de jours, ce qui semble tout à fait envisageable avec la dynamique engagée ces dernières semaines.

Les Japonais sont très critiques à l’égard du Premier ministre Yoshihide Suga et de son équipe quant à la lenteur des vaccinations. Ce dernier en réponse aux critiques a lancé un appel pour qu’un million de personnes soient vaccinés quotidiennement à partir de la mi-juin et que l’ensemble de la population des plus de 65 ans soit vacciné avant la fin juillet.

Pour atteindre cette objectif, des vaccinodromes ont été ouverts à Tokyo et Osaka gérés par les forces d’autodéfenses, chacun d’eux pourra administrer 15 000 doses par jour. En parallèle, les universités et les entreprises se préparent aussi à vacciner sur leur site pour les groupes de populations de moins de 65 ans.

Pour palier le manque de personnel médical pour administrer les vaccins, les dentistes ont été appelés en renfort pour accélérer la campagne de vaccination. D’autres spécialistes pourraient aussi apporter leur contribution.

Covid-19 : Vers une prolongation de l’état d’urgence au Japon

A quelques semaines des Jeux olympiques de Tokyo, la pandémie de Covid-19 continue son expansion sur l’archipel malgré le retour de l’état d’urgence dans certaines régions jusqu’au 31 mai. Malgré les mesures prises, la situation n’étant pas suffisamment maitrisée, l’état d’urgence pourrait être prolongé au-delà du 31 mai à Tokyo et Osaka.

La prolongation pourrait aller jusqu’au 13 ou 21 juin. Le Premier ministre Yoshihide Suga prendra la décision après avoir pris connaissances des derniers chiffres du nombre de cas et de la situation dans les hôpitaux japonais. Les gouverneurs des préfectures appellent de leur coté à cette prolongation sans délai pour enrayer la pandémie et soulager les hôpitaux en souffrance.

Osaka a confirmé hier 216 nouveaux cas, avec une baisse d’une cinquantaine de cas quotidiens par rapport aux jours précédents, cependant, les capacités prévues pour les patients Covid-19 sont à 80%, ce qui inquiète les autorités locales. A Hyogo, le nombre de cas est passé en dessous des 100 cas depuis un mois et demi. La situation dans les hôpitaux est quasi similaire à Osaka avec un taux d’occupation des lits à 77,4%.

Ces nouvelles positives viennent en complément de l’annonce de l’ouverture de deux « vaccinodromes » à Tokyo et Osaka par les autorités japonaises. A deux mois des Jeux olympiques, la course contre la montre est lancée.

Japon – Moins de déplacements de population durant la « Golden week »

Le Japon est entré dans la « Golden Week » depuis jeudi. Traditionnellement, cette succession de jours fériés permet aux Japonais de partir en vacances ce qui engendre de grands mouvements de déplacements dans le pays. Mais cette année avec la nouvelle vague de Covid-19, les déplacements auront été moins importants qu’à l’accoutumée.

Seulement 15% des billets de trains ont été vendus sur les 530 000 proposés samedi au départ de Tokyo. Les Japonais sont assez inquiets de la reprise de la pandémie de coronavirus et limitent leurs déplacements. A cela s’ajoute le retour de l’état d’urgence à Tokyo, Osaka, Kyoto et Hyogo. Le Premier ministre a demandé aux Japonais de limiter leurs déplacements et de rester chez eux le temps de l’état d’urgence.

L’état d’urgence doit prendre fin le 11 mai sauf prolongation.

Le Japon compte adopter le passeport vaccinal pour les voyages internationaux

Le Japon étudie la possibilité d’adopter le passeport vaccinal pour faciliter les déplacements à l’étranger des personnes vaccinées contre la COVID-19 a indiqué le gouvernement japonais. Les passeports prendront la forme d’une application pour smartphone et les voyageurs scanneront leur QR Code à l’aéroport avant d’embarquer dans l’avion ou en entrant dans le pays. L’application sera connectée à la base de données gouvernementale Vaccination Record System dans laquelle sont répertoriées les personnes vaccinées. Le gouvernement par cette mesure cherche à anticiper la reprise des voyages d’affaires internationaux et faciliter le business pour soutenir l’activité économique japonaise.

Taro Kono, ministre en charge de la vaccination au Japon a indiqué que l’adoption du passeport vaccinal serait envisagée si la demande émane de pays étrangers. Avec cette déclaration, on peut voir que l’opinion de Taro Kano a évolué sur la question. Il y a quelques temps, il avait écarté cette possibilité en mettant en avant la possible discrimination qui pourrait être engendrée à l’égard des personnes refusant ou ne pouvant être vaccinées.

Keidanren, le plus grand lobby d’affaires du pays, a appelé lundi le gouvernement à envisager l’introduction de passeports vaccinaux, en évoquant le projet de l’Union européenne de lancer son « Digital Green Pass » en Juin pour permettre aux touristes étrangers de visiter l’Europe pendant les vacances d’été. Actuellement, le Japon n’autorise l’entrée qu’aux citoyens japonais et aux résidents non japonais que « dans des circonstances exceptionnelles et particulières », et ils doivent présenter un test PCR négatif réalisé 72 heures avant leur arrivée.

Environ 2,3 millions de personnes au Japon ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19, principalement des travailleurs de la santé, soit moins de 2% de la population, bien en deçà de pays comme Israël, le Royaume-Uni et les États-Unis. Un million a reçu les deux doses du vaccin Pfizer, qui est le seul vaccin autorisé actuellement au Japon.

.

Les grandes métropoles japonaises demandent un nouvel état d’urgence au gouvernement

L’épidémie de coronavirus au Japon semble devenu de nouveau incontrôlable. Il y a quelques semaines l’état d’urgence était levé avec l’espoir que la crise soit résolue; mais il n’en est rien. A moins de 100 jours des Jeux olympiques, les grandes métropoles japonaises connaissent un nouveau pic de cas de Covid-19 recensés.

Yuriko Koike, gouverneure de Tokyo, a indiqué qu’elle comptait demander au gouvernement central de rétablir l’état d’urgence au vu de la situation sanitaire. Tokyo dépasse les 500 cas quotidiennement depuis 6 jours consécutifs. Il s’agirait du troisième état d’urgence pour la capitale japonaise après celui d’avril 2020 et celui de janvier 2021.

Dans le même temps, Osaka connait une quatrième vague avec plus de 1000 cas quotidiens relevés depuis une semaine. Le gouverneur de la préfecture Hirofumi Yoshimura espère lui aussi un retour de l’état d’urgence pour casser la dynamique du virus.

Actuellement, six préfectures sont en « quasi état d’urgence » avec la fermeture des restaurants et des bars à 20h dans certaines zones. D’autres préfectures devraient prendre des mesures identiques dans les prochains jours : Aichi, Chiba, Kanagawa et Saitama. Au niveau national, le nombre de cas dépasse les 4000 quotidiennement depuis cinq jours.

J-100 avant les Jeux olympiques de Tokyo

Le compte à rebours des 100 jours avant le début des Jeux olympiques de Tokyo débute aujourd’hui avec de nombreuses interrogations sur leur sécurité sanitaire durant les épreuves notamment. Pour rappel, l’ouverture des jeux est prévue le 23 juillet avec un an de retard par rapport au planning initialement prévu et devraient réunir plus de 10 000 athlètes venant du monde entier. En raison du contexte actuel, ces jeux ne ressembleront en rien aux standards habituels des précédentes éditions.

Les prémices des difficultés ont pu être observés avec le relai de la flamme olympique à travers le pays où les organisateurs ont pu expérimentés les difficultés d’organiser un événement en période de crise sanitaire. D’autant que la pandémie repart de plus belle faisant craindre une quatrième vague. Il y a encore un mois, l’espoir était revenu avec la levée progressive à travers le pays de l’état d’urgence, mais cela n’aura pas duré.

Par crainte que les JO deviennent un super cluster, il a été annoncé que les spectateurs étrangers ne seront pas autorisés à assister aux épreuves de la compétition et une jauge réduite est espérée pour les résidents japonais. En parallèle, les athlètes seront testés régulièrement et leurs déplacements seront limités sauf autorisation spéciale.

A 100 jours de la compétition, un sondage réalisé récemment a montré le scepticisme des Japonais quant à leur tenue cet été. Seulement 24,5% des sondés ont indiqué croire qu’ils auront bien lieu comme prévu.

La préfecture d’Hiroshima va prendre en charge les tests PCR pour tous ses habitants et travailleurs

Le gouvernement de la préfecture d’Hiroshima a annoncé qu’il allait fournir gratuitement à tous ses habitants des tests PCR à partir du 1er avril.

Jusqu’à présent les tests gratuits n’étaient disponibles que pour les travailleurs médicaux et de la restauration. Cette annonce vise à anticiper une nouvelle vague d’épidémie qui pourrait être amplifiée par des mouvements de population beaucoup plus importants à partir du 1er avril, début de la nouvelle année fiscale au Japon. Pour faciliter la réalisation des tests, 205 pharmacies d’Hiroshima fourniront des kits de test.

La préfecture d’Hiroshima avec cette nouvelle politique de test sera la première au Japon à tester la population en continue quelque soit sa profession ou son lieu de résidence. Les personnes souhaitant être testés devront prendre rendez-vous dans l’un des cinq centres PCR de la préfecture. Les centres de tests espèrent réaliser 300 tests par jour et on attend 2000 tests par semaine grâce aux kits fournis par les pharmacies.

On estime le coût de l’opération à 108 millions de yens (839 000 euros) pris en charge en totalité par la préfecture d’Hiroshima sur le budget 2021.

Prolongation ou arrêt de l’Etat d’urgence à Tokyo, Une décision sera prise jeudi

Le gouvernement japonais doit se prononcer jeudi sur la suite à donner à l’état d’urgence qui est encore en vigueur à Tokyo jusqu’à dimanche. Les opinions sont partagées, d’un coté, le gouvernement souhaite alléger le dispositif et de l’autre, des voix ont exprimé leurs inquiétudes quant à une reprise de l’épidémie avec notamment l’apparition de nouveaux variants du coronavirus.

Le gouvernement se laisse encore un peu de temps et souhaite réunir un panel d’experts tout en faisant un point sur les données statistiques avant de prendre une décision. En attendant, les règles actuelles de l’état d’urgence ( fermeture à 20h des bars et restaurants, limiter les déplacements non-essentiels, télétravail…) restent toujours d’actualité. Depuis la déclaration d’état d’urgence, le nombre de cas recensés à l’échelle national a bien diminué mais des rebonds se sont fait sentir ces dernières semaines.

A quelques mois des Jeux olympiques de Tokyo et la campagne de vaccination en cours , les avis restent partagés sur la meilleure conduite à tenir pour continuer la lutte contre la pandémie. La décision annoncée devrait permettre de clarifier la situation et peut être donner un peu d’espoir au peuple japonais.

Le nombre de cas de Covid-19 en baisse à Tokyo

La capitale japonaise a enregistré 178 nouveaux cas de COVID-19 le 22 février selon les données du gouvernement métropolitain. Ces chiffres ont été obtenus sur la base 5197 tests ont effectués vendredi 19 février. Il faut habituellement environ trois jours pour que les résultats des tests soient publiés. Un chiffre encourageant, car il est le plus bas constaté depuis le 9 novembre 2020 au cours duquel, il avait été relevé 156 cas. Autre information importante, il s’agit du 16 -ème jour consécutif où le nombre de cas relevés est en dessous de la barre des 500. Au niveau national, la baisse du nombre de cas constitue continue depuis maintenant six semaines alors que neuf préfectures sont encore en état d’urgence.

Depuis le début de la pandémie, le nombre de cas de COVID-19 s’éleve à 426 327, avec 9 654 personnes positives au cours de la semaine écoulée, contre 10 384 la semaine précédente. Le nombre total de décès liés au coronavirus au Japon s’est établi à 7 506, en hausse de 523 par rapport à la semaine précédente.

Si l’on regarde par préfecture, Tokyo a connu le plus grand nombre cumulé de cas, avec 109 734 cas, dont 3 229 confirmés au cours de la semaine écoulée, contre 2 660 la semaine précédente. La préfecture d’Osaka vient en second avec 46 581, en hausse de 634 par rapport à la semaine précédente, suivie par Kanagawa, à 44 085, en hausse de 821.

Japon – Une hausse des suicides chez les jeunes en 2020

Le nombre de suicides chez les jeunes au Japon a augmenté fortement en 2020 par rapport à 2019 passant de 339 à 479 selon le ministère de l’Education japonais. Autre information importante à noter, c’est le doublement du nombre de suicides chez les lycéennes portant le total à 138, mais aussi le nombre de suicides le plus important a été relevé en août avec un total de 64.

Une étude sur l’impact de la pandémie du coronavirus sur cette augmentation est en cours. Néanmoins, les principales causes poussant au suicide restent quasi identiques année après année : inquiétudes pour l’avenir, mauvais résultats scolaires ou bien les mauvaises relations avec les parents, mais on a constaté une augmentation du nombre de cas de suicide liés à des troubles mentaux ou dépressifs.

Une enquête publiée récemment par le National Center for Child Health and Development a montré que près de 30 % des élèves du secondaire présentaient des symptômes de dépression dus à la pandémie de coronavirus.

Tokyo – le nombre de cas de coronavirus pour la première fois au plus bas depuis le 24 novembre 2020

La capitale japonaise a relevé son plus faible nombre de cas de COVID-19 depuis le 24 novembre 2020 avec 276 cas après onze jours consécutifs où le nombre a dépassé les 1000 cas quotidiens.

Hasard du calendrier, ce chiffre est tombé le jour même où débutait au Japon le premier jour de la prolongation de l’état d’urgence. Depuis la déclaration de l’état d’urgence, les cas mortels de la COVID-19 ont globalement diminué au niveau du pays même si les décès restent importants à Tokyo et Osaka.

Le nombre de cas sévères relevés à Tokyo est aussi en baisse par rapport à la veille avec sept cas en moins portant leur nombre à 104. Parmi les nouveaux cas constatés lundi, on dénombre 54 personnes ayant une vingtaine d’années, 41 une trentaine d’années, 36 ont la cinquantaine. Du coté des plus de 65 ans, on comptabilise 97 cas. Le nombre total de cas détectés dans la capitale japonaise depuis le début de la pandémie s’élève à 104 121.

Les résultats obtenus l’ont été sur la base de 5424 test effectués vendredi 5 février. Pour rappel, il faut un délai de trois jours pour obtenir les résultats de dépistage.

Au niveau national, le nombre hebdomadaire de nouveaux cas confirmés a diminué pour la quatrième semaine consécutive au Japon. Le nombre cumulé d’infections à la COVID-19 s’élève à 406 289, en hausse de 15 601 par rapport à la semaine précédente.

Japon – 15 000 personnes atteintes de la COVID-19 sur liste d’attente des hôpitaux

15058 personnes atteintes du coronavirus seraient actuellement sur liste d’attente dans les onze préfectures japonaises placées en état d’urgence selon une enquête réalisée par Kyodo News. Le nombre de personnes décédées à leur domicile faute n’avoir pu être accueillies à l’hôpital et présentes sur les listes est en augmentation. Les chiffres sont assez alarmants, en un mois, le nombre de personnes sur liste d’attente a été multiplié par cinq.

Les centres locaux de santé publique sont chargés d’organiser l’hospitalisation ou l’hébergement des personnes infectées par le virus. Mais le nombre de personnes nouvellement infectées ayant fortement augmenté depuis novembre, la gestion des cas est devenue plus complexe et de nombreux malades ont du patienté chez eux en attendant une place à l’ hôpital.

Tokyo est la ville la plus concernée avec plus de 7539 personnes sur liste d’attente. Pourtant les hôpitaux ont tenté d’anticiper l’afflux de patients en créant des places supplémentaires en amont, mais la capacité supplémentaire a été sous-évaluée. A cela s’ajoute des contraintes logistiques notamment de nécessité de désinfection des locaux accueillant les patients ce qui limite les heures d’ouverture pour pouvoir accueillir les nouveaux patients.

Comme la plupart des patients covid-19 sont traités dans des hôpitaux publics, le gouvernement espère que plus d’hôpitaux privés pourront recevoir des patients COVID-19, mais beaucoup d’entre eux ne sont pas équipés pour traiter le coronavirus ou n’ont pas assez de personnel.

Japon – La mise en circulation de la nouvelle pièce de 500 yens reportée

L’annonce avait été faites le 9 avril 2019 par le ministère des Finances japonais, une nouvelle pièce de 500¥ devait voir le jour au premier semestre 2021. Sa mise en circulation a finalement été reportée à une date inconnue en raison de la crise du coronavirus. Cette pièce a pour particularité d’être équipée d’une technologie contre la contrefaçon.

C’est la première fois qu’une nouvelle pièce sera frappée depuis l’édition de la pièce actuelle de 500¥ en 2000. La nouvelle pièce aura le même diamètre de 26,5 millimètres que la version actuelle, ainsi que les motifs de la paulownia coté face et le bambou et tachibana sur le coté pile.

Les pièces seront équipées de technologies anti-contrefaçon de pointe. Un revêtement bicolore composé de trois types de métal sera appliqué sur les pièces.

A noter que les pièces actuelles seront toujours valables après l’introduction de la nouvelle pièce.

Sources : ministère des Finances japonais

Le Japon va réserver 310 millions de doses de vaccins contre la COVID-19

Le Japon a indiqué, par l’intermédiaire de son Premier Ministre Yoshihide Suga, qu’il prévoyait de bloquer 310 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 auprès des différents laboratoires pharmaceutiques. Il a aussi indiqué les vaccins seraient administrés en priorité aux personnels soignants, aux personnes âgées et les plus fragiles.

Yoshihide Suga s’est engagé à ce que le gouvernement soit transparent en communiquant « des renseignements exacts, y compris sur les effets indésirables et l’efficacité, fondés sur des connaissances scientifiques ».

Le gouvernement a déclaré que le Japon recevra un approvisionnement supplémentaire en doses de vaccin COVID-19 pour 12 millions de personnes du laboratoire Pfizer. Le vaccin du géant pharmaceutique américain est susceptible d’obtenir l’approbation pour une utilisation à la mi-Février. Le vaccin Pfizer, qui est le seul vaccin étudié par le ministère de la Santé à l’heure actuelle. L’approvisionnement en vaccins dépend de l’approbation du vaccin par le gouvernement japonais.

Des sources gouvernementales ont déclaré que le Japon envisage de commencer à vacciner le grand public en mai, soit à peine deux mois avant les Jeux olympiques reportés. Ce qui pense bien loin au vu de la situation actuelle au Japon. Deux semaines après que le deuxième état d’urgence ait été déclaré dans certaines parties de la région métropolitaine de Tokyo, le système médical a été soumis à une pression considérable, et le gouvernement métropolitain de Tokyo a récemment signalé plusieurs décès de patients COVID-19.

Dans le même temps, le gouvernement japonais prévoit une révision de la loi pour pénaliser ceux qui refusent l’hospitalisation, avec une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à un an ou une amende d’un million de yens.

Japon – 1471 nouveaux cas de Covid-19 Aujourd’hui à Tokyo avec un grand nombre de cas graves

Le nombre de cas de COVID-19 dans la capitale japonaise continue de progresser de jour en jour et a dépassé pour le 9ème jour consécutif les 1000 quotidien pour atteindre les 1479 cas aujourd’hui. Ce résultat a été obtenu sur la base de 14 870 tests réalisés lundi, en effet, il faut trois jours pour obtenir les résultats des tests.

Parmi eux, on dénombre un nombre important de cas sévères qui s’élève à 159, ce qui fait craindre un engorgement dans les hôpitaux de la ville. Une part importante des nouveaux contaminés a une vingtaine d’années (300), 241 ont la trentaine et 222 la cinquantaine. Les plus de 65 ans sont 290 selon les sources du gouvernement métropolitain de Tokyo.

En cumulé, depuis le début de la pandémie, le nombre total de cas dépistés dans la capitale s’élève à 90 659. Mercredi, le nombre de patients atteints de COVID-19 présentant des symptômes graves à l’échelle nationale a augmenté de 13 à 1014, marquant un nouveau record pour la 17e journée consécutive, a indiqué le ministère de la Santé. Le même jour, le Japon a confirmé 5 532 nouveaux cas et 92 nouveaux décès dus au virus. Parmi les nouveaux décès, on en dénombre 12 à Osaka et 10 à Tokyo.