Lecture japonisante – Le Banquet, la nouvelle collection sur la gastronomie japonaise aux éditions Picquier dirigée par Ryôko Sekiguchi

On ne présente plus les Editions Picquier, éditeur spécialisé sur l’Asie depuis 1986, dont chaque sortie de livres est toujours attendu avec impatience par tous les amateurs du Japon ou bien de la Chine notamment. Récemment, la maison d’édition a lancé la collection « Le Banquet » .


La collection 
Le Banquet réunit des œuvres japonaises inédites où la nourriture occupe une place centrale, celle du plat de résistance.

Car la cuisine n’est pas un sujet mineur de la création littéraire et ce serait une erreur de restreindre son territoire à un périmètre bien délimité : femmes, famille, partage, bonheur…

La nourriture est tout à fait pertinente pour parler du désespoir, des inégalités, de l’injustice ou d’un monde futur, elle est même indispensable.

Aujourd’hui plus que jamais, avec une nouvelle conscience envers le vivant, nous souhaitons créer une autre relation avec ce qui nous entoure et ce qui nous nourrit. Tisser des histoires de nourriture, c’est parler de notre façon d’être au monde.

Il est temps de se retrouver autour de la grande table fédératrice de la littérature pour goûter au repas de la vie. Le Banquet fera naître en vous un savoureux espoir.

Ryôko Sekiguchi

Et voici la liste des titres déjà parus que vous pouvez retrouver dans toutes les bonnes librairies :

– L’Ode au chou sauté (INOUE Areno)

– Je mange bien, ne t’en fais pas (KAKUTA Mitsuyo, INOUE Areno, MORI Eto, EKUNI Kaor)

– Les Herbes sauvages (NAKAHIGASHI Hisao)

– Les Carnets de table d’un amateur de cuisine japonaise (ARASHIYAMA Kôzaburô)

Du Japon à Toulouse et en Occitanie en octobre

Le mois d’octobre sur Toulouse et en Occitanie sera riche en événements autour du Japon. Pour ne rien manquer, nous avons recensé pour vous la plupart d’entre eux. Il y en a pour tous les goûts : manga, bonsaï, saké et gastronomie japonaise, artisanat…

En ce moment au Musée George Labit et jusqu’au 8 novembre 2021 se tient l’exposition « Japon, élément par élément » en partenariat avec le lycée des Métiers d’Art, du Bois et de l’Ameublement de Revel.
À l’occasion de l’accueil par le Japon des Jeux Olympiques, ces futurs artisans d’art professionnels se sont penchés sur la culture japonaise. Leurs dragons de marqueterie de paille ou boîtes bento ornées de geishas de bois colorés répondront aux motifs de la collection japonaise du musée.

Pour les amateurs de mangas, il faudra vous rendre à Grenade sur Garonne pour l' »Exposition Manga ».

Vous découvrirez les différentes étapes de fabrication d’un manga ainsi que des explications sur ses différents genres. Des illustrations originales d’Anaïs Pailhes, illustratrice, mais aussi des élèves de l’Ecole de manga EIMA, ainsi que des adhérents du club manga-BD du foyer rural de Grenade, viendront compléter cette exposition.

Le voyage au Japon continue ce week-end avec la Biennale du Bonsaï Club de l’Albigeois avec en invité d’honneur Jean-Marc Ladagnous. L’exposition se tient à Saint Juéry (Tarn), Salle de l’Albaret. Une dizaine d’ exposants japonisants seront aussi présents tout le week-end ( Toulouse Sake Club, Pépinière de Chine, Monoya Tokyo, Wabi Sabi…)

Si vous êtes plutôt tentés par la gastronomie japonaise, ne manquez pas les prochaines événements du Toulouse Sake Club. Un programme très riche est prévu avec notamment une rencontre avec la Brasserie Chevalier le 20 octobre de 19h à 21h. Puis plusieurs ateliers dégustations de sakés les 23, 29 et 30 octobre prochains. Enfin, vous pourrez faire quelques achats les samedi 23 et 30 octobre de 14h à 19h. L’ensemble des événements se dérouleront au sein de l’Ecole Ayame, 30 rue de Figeac à Toulouse.

Toulouse – Occitanie Japon lance le Toulouse Sake Club, le premier club de dégustation de France dédié au saké et aux alcools japonais

Après de longues semaines de travail, c’est avec une grande joie que nous vous annonçons la création d’une nouvelle activité au sein de votre site d’actualités préféré. Nous lançons notre club de dégustations dédié aux alcools japonais (whisky, shochu, umeshu, yuzushu,…etc.) et plus particulièrement du nihonshu, le saké japonais, sur Toulouse et en Occitanie. Il s’agit du premier club créé en France dédié à tous les alcools japonais.

Baptisé Toulouse Sake Club, ce club a pour but de vous faire découvrir le Japon à travers ses alcools et sa gastronomie dans une ambiance conviviale et décontractée par le biais de rendez-vous ponctuels.

A chaque rencontre, il vous sera proposé de découvrir une région ou une ville du pays du Soleil-levant, des alcools, des techniques de fabrication d’alcools japonais, des accords mets et sakés…etc.

Les ateliers dégustation (ouverts à tous quelque soit votre niveau de connaissances) seront animés par un Saké Sommelier diplômé auprès de la Sake Sommelier Association (SSA). Les ateliers sont pour le moment suspendu du fait du confinement, mais nous ne manquerons pas de vous communiquer les dates des prochains ateliers.

Le Toulouse Sake Club propose également un e-shop avec une sélection de sakés (Junmai, Koshu, Ginjo, Daiginjo…etc.) et de liqueurs japonaises (Yuzushu, Umeshu, Sakura shu) inédits, ainsi qu’une sélection de produits en lien avec le saké : verre en bois (masu), livres, tote-bag…Etc. L’ensemble des articles sont disponibles, dans un premier temps, uniquement en click and collect et en livraison sur Toulouse. Pour toute première commande effectuée sur le e-shop, nous vous offrons une réduction de 10% avec le code « YOKOSO » (hors frais de livraison et librairie). Profitez-en et faites-en profiter vos amis !

Enfin si vous souhaitez nous soutenir et rejoindre le club, l’adhésion est à moitié-prix jusqu’au 31 décembre !

.

A la découverte des produits du terroir du Japon

Il est de notoriété publique que l’alimentation japonaise est bonne pour la santé et est source de longévité. Comme chacun sait le pays Soleil-Levant compte le plus grand nombre de centenaires au monde. Ainsi, le terroir japonais était à l’honneur le 3 février dernier à Paris à l’initiative du JETRO Paris. A deux pas des Champs-Elysées, vingt exposants étaient présents pour faire découvrir des produits provenant de tout le Japon à des professionnels de la gastronomie : haricots azuki, jus de shiso, soba, sauce soja, boeuf Hidagyu…etc. Certains de ces produits sont déjà disponibles en France via Kioko, Umami, Nishikidori.

En complément des exposants, des grands chefs étaient conviés pour élaborer des recettes à partir des produits présentés lors de l’événement : Frédéric Puel, chef de Potel & Chabot, Pascal Barbot, chef de l’Astrance (2 étoiles Michelin), Les chefs du restaurant Virtus, Chiho Kanzaki et Marcelo di Giacomo (1 étoile Michelin), Keiko Nagae, consultante, ancienne chef pâtissière de Pierre Gagnaire et de Michel Troisgros, avec la cheffe pâtissière du restaurant ES, Mariko Ideka, la cheffe Marie Soria et du chef pâtissier Marc Rivière de Potel & Chabot.

Les invités ont pu ainsi dégusté notamment un « bar marin, brunoise de céleri et pesto d’algues », « un plat de côte de bœuf Hidagyu marin, pousse de gingembre, mangue verte et feuille de laitue » ou bien encore une pomme confite au shiso rouge, panna cotta.

 

Le Japon envisage d’attribuer la distinction de « Trésor national vivant » aux maîtres de la cuisine japonaise et de la production de saké

Le Japon continue sa mutation petit à petit et envisagerait de décerner le titre de « Trésor national vivant » à des maîtres de la cuisine japonaise et de la fabrication du saké. Actuellement, ce  titre est réservé uniquement aux artistes et experts spécialisés dans les arts et métiers traditionnels.

L’ Agence des Affaires Culturelles japonaises pense aussi à déclarer les spécialités culinaires  locales comme « biens culturels immatériels »

Le but de cette nouvelle classification est d’accroitre l’intérêt du Japon auprès des étrangers afin d’augmenter l’attraction touristique du pays et  les exportations de nourritures japonaises.

L’agence va créer une unité spécialisée dans la culture alimentaire japonaise en avril et commencera à étudier à travers le Japon les candidats potentiels parmi les artisans hautement qualifiés des secteurs de l’alimentation et des boissons.

Cependant, les premiers élus à ce nouveau rang ne seront pas désignés avant quelques années. L’unité devra travailler sur les critères d’attribution et bien étudier les spécificités des spécialités japonaises pour pouvoir évaluer au mieux les candidats au titre.

Néanmoins, quand les élus seront désignés, ils recevront des subventions de la part du gouvernement japonais pour continuer de s’améliorer et de transmettre leurs savoirs.

Pour l’histoire, le titre de  » Trésor national vivant » est relativement récent. Ce grade fut créé en 1950 afin de protéger la culture traditionnelle japonaise. Actuellement les heureux élus sont des acteurs de théâtre nô ou de kabuki, des musiciens traditionnels, des artisans céramistes ou des orfèvres notamment. Il s’agit d’ une distinction très difficile à obtenir. A ce jour, on compte actuellement 115 « Trésors nationaux vivants.

 

 

Paris – C’est bon ! le Japon 6ème édition du 1er au 3 novembre 2019

Le salon C’est bon ! le Japon se tiendra cette année à la Halle des Blancs Manteaux dans le Marais une fois n’est pas coutume du 1er au 3 novembre. Pour cette 6ème édition seront mis en avant le thé japonais et le nabe (équivalent de notre pot-au-feu).

Chaque année, le salon se veut être le rendez-vous du Japon autour de la gastronomie, du tourisme et les arts culinaires sur près de 1000 m² dans le centre de Paris. Cette nouvelle édition aura un invité de marque en la présence de Rilakkuma, le célèbre personnage kawaii de San-X. Il proposera aux familles un jeu de piste et des activités. Vous pourrez également vous prendre en photo avec lui.

Une trentaine d’exposants seront présents tout le week-end et vous pourrez assister à de nombreux ateliers et conférences sur la gastronomie japonaise.

Enfin, le salon accueillera une nouvelle fois le Grand Concours de Thé Japonais, Japanese Tea Selection Paris, pour sa troisième édition avec 4 catégories (Sencha, Tamaryokucha, Matcha-Gyokuro et Autres). Des professionnels français de la gastronomie et le public évalueront les différents thés. Certains seront disponibles à l’achat sur le stand associé durant les trois jours du salon.

Informations pratiques :

Dates et horaires : 1er novembre de 15h à 20h, 2 novembre de 11h à 20h et 3 novembre de 11h à 18h
Lieu :  Halle des Blancs Manteaux, 48, rue Vieille du Temple, 75004, Paris
Entrée : 1€
Site internet : cestbonlejapon.com

Gastronomie japonaise – les pâtisseries japonaises à Paris

Amateurs de gastronomie japonaise et plus particulièrement de « wagashi », les fameuses pâtisseries japonaises traditionnelles, nous allons partager avec vous quelques bonnes adresses qui malheureusement pour nous provinciaux sont uniquement sur Paris.

A ce propos, si vous avez des adresses en région à partager, n’hésitez pas à nous les communiquer, nous pourrons les compiler dans un prochain article. Néanmoins, les adresses que nous allons vous communiquer valent vraiment le coup de s’y déplacer et puis ce sera toujours moins cher qu’un billet pour le Japon.

Le dernier arrivé sur Paris, La Maison du Mochi, (39, rue du Cherche-Midi, Paris-6e) vient d’ouvrir sa boutique et a pour avantage de proposer une boutique en ligne ! Ce qui est très appréciable de pouvoir déguster des mochis fait maison tout en habitant pas à  Paris ou au Japon.

Parmi les plus connus, on retrouve Toraya (10, rue Saint-Florentin, Paris-1er)  qui n’est autre que le fournisseur de la Cour impériale japonaise depuis 5 siècles. La pâtisserie fait aussi salon de thé. Une valeur sûre depuis près de 40 ans à Paris.

La pâtisserie Tomo  (11, rue Chabanais, Paris-2e) est spécialisée dans le dorayaki. Elle propose des recettes traditionnelles mais aussi des recettes franco-japonaises.

Un autre grand nom de la pâtisserie japonaise Sadaharu Aoki (35, rue de Vaugirard, Paris-6e) est à découvrir avec des réalisations aussi belles que délicieuses.

Pour compléter la liste, il y a aussi la boulangerie BO (85 bis, rue de Charenton, Paris-12e), la pâtisserie Nanan ( 38, rue Keller, Paris-11e)et enfin Le Petit Keller (13, rue Keller, Paris-11e).

Dans un autre registre, vous avez aussi la boulangerie Aki qui propose notamment de délicieux melon pan et des gâteaux à la japonaise (fraisier…etc. )