Tourisme au Japon : entre inquiétude et espoir avec le plan « Go To Travel »

C’est aujourd’hui que Tokyo rentre enfin dans le dispositif de soutien au tourisme japonais « Go To Travel« . Le plan « Go To Travel » , lancé en juillet 2020, avait dans un premier temps exclut la capitale japonaise en raison de la crise du COVID-19. En effet, Tokyo concentre le plus grand nombre de cas de coronavirus au Japon (30% des cas au Japon) et pour limiter la propagation du virus, la décision avait été prise ne pas prendre en charge les frais de voyage des personnes en provenance et souhaitant se rendre à Tokyo.

L’arrivée de Tokyo et ses 13,9 millions d’habitants dans le dispositif devrait permettre un afflux de touristes qui devrait faire grand bien à toutes les préfectures japonaises, même si l’inquiétude reste présente sur un risque de propagation plus important à l’échelle du pays. Les inquiétudes concernent aussi les préfectures qui ont déjà des capacités hospitalières limitées et qui en cas de crise importante sanitaire ne serait pas en capacité de soigner cet afflux de touristes.

Malgré tout, le gouvernement japonais a tenu à intégrer Tokyo dans « Go To Travel » tout en gardant à l’esprit la nécessité du respect des règles sanitaires et des gestes barrières. L’intérêt économique a pris le dessus sur l’intérêt sanitaire alors que le tourisme au Japon vit l’une de ces crises les plus importantes.

Beaucoup de gouverneurs de préfecture ont ainsi lancé des appels aux Japonais de Tokyo de ne pas voyager s’ils sont malades et de bien respecter la distanciation sociale lors de leur séjour dans leur préfecture.

Dans le même temps et en prévision de cet afflux de touristes, de nombreuses communes, ayant des sources chaudes, ont augmenté la taxe locale pour financer des structures permettant de se faire tester au COVID-19. Les hôtels et autres lieux de villégiature ont également pris des dispositions pour augmenter leur capacité de désinfection de leur établissement.

Selon les professionnels du tourisme, pour le moment, les Tokyoïtes ne se sont pas encore bousculés pour les réservations malgré quelques contacts téléphoniques. Mais les différentes préfectures espèrent qu’avec la saison automnale, les Japonais de Tokyo auront envie de quitter la capitale pour quelques jours et redonner un peu de vie aux commerces locaux.