Le Japon va permettre le retour des résidents étrangers qui ont quitté le pays avant la fermeture des frontières

Après plusieurs demandes de résidents étrangers et des représentants de leur pays d’origine, mais aussi d’entreprises étrangères, le Japon envisage d’autoriser leur retour sur le territoire japonais. Cela permettrait ainsi aux étudiants et travailleurs étrangers de pouvoir enfin revenir au Japon et reprendre leur vie avant que le Japon ne soit amené à fermer les frontières pour préserver le pays de tout contact extérieur pour limiter la propagation du coronavirus.

Ainsi quelque soit leur nationalité, ils pourront effectuer une demande d’entrée sur le territoire japonais et s’ils respectent les pré-requis, ils seront autorisés à revenir. Pour rappel, actuellement, ce sont 146 pays qui sont interdits de séjour au Japon. Cependant, cette permission d’entrée au Japon ne sera pas possible pour les résidents étrangers ayant quitté le pays après la fermeture sauf si leur départ du Japon a été motivé pour des raisons médicales, de décès d’un proche ou pour motif humanitaire.

Concernant les règles à respecter pour espérer un retour au Japon , il y a notamment la nécessité d’avoir pratiqué un test PCR 72h avant d’avoir pris l’avion, avoir obtenu l’autorisation d’entrée sur le territoire de la part des autorités japonaises, avoir effectuer un suivie de son état de santé 14 jours avant l’arrivée, rester isolé à son arrivée et télécharger l’application de tracking du gouvernement japonais.

A partir du 1er septembre, les règles d’entrée au Japon vont être encore plus strictes et concerneront tous les résidents du Japon.

Jusqu’à maintenant, les résidents permanents disposant d’un visa longue durée, les époux, enfants de Japonais qui avaient quitté le Japon avant la fermeture des frontières pouvaient rentrer librement au Japon sans présenter de document ou test PCR, mais les règles vont évoluer et il leur sera demander de produire une autorisation d’entrée sur le territoire et un justificatif de test PCR réalisé 72h avant leur vol.