Le Japon allonge la liste des pays interdits de séjour sur son territoire

Alors que la pandémie de Covid-19 continue de se propager au niveau mondial, le Japon a pris la décision d’ajouter 18 pays « bannis » de son territoire afin de limiter la propagation sur l’archipel.

Les pays concernés sont le Guyana, Cuba, Guatemala, Grenade, Costa Rica, Jamaique, Nicaragua, Haiti, Saint Vincent et les Grenadines, Algérie, le Swaziland, le Cameroun, le Sénégal, la République centrafricaine, la Mauritanie, Irak, le Liban et la Géorgie.

Avec ce nouvel ajout, cela porte le total à 129 pays interdits de séjour au Japon pour les personnes ayant séjourné sur les 14 derniers jours.

Le gouvernement japonais a également indiqué la prolongation de la suspension des visas délivrés hors du Japon jusqu’à fin juillet. Des exceptions sont prévues pour les personnes résidentes au Japon ayant quitté le pays avant le 30 juin soit en qualité de résident permanent, soit en visa longue durée, mais aussi pour les conjoints ou enfants d’un résident permanent ou d’un ressortissant japonais.

Les personnes ayant d’autres statuts ou prévoyant de quitter le Japon après le 1er juillet devront remplir des conditions strictes pour rentrer à nouveau dans le pays. Des permissions spéciales seront accordées pour des motifs humanitaires, d’urgence médicale ou en cas de perte d’un proche.

Ces mesures de restrictions d’entrée au Japon ont été vivement critiquées par les expatriés au Japon et les lobbies d’affaires étrangers.

Du coté de l’Europe, on est plutôt sur une phase d’ouverture avec l’autorisation pour une douzaine de pays, dont ferait partie le Japon, de pouvoir entrer à nouveau sur le sol européen à partir du 1er juillet 2020 même si parmi les États membres certains imposent une quarantaine à l’entrée dans leur pays.

.