La France et le Japon vont coopérer autour de la sécurité maritime et du Covid-19

Le ministre des Affaires Etrangères japonais Toshimitsu Motegi est en Europe du 30 septembre au 2 octobre. Il a rencontré hier son homologue français Jean-Yves Le Drian. A la suite de cette rencontre, les deux parties ont convenue qu’il fallait que les relations entre les deux pays se renforcent en réponse à la crise sanitaire mondiale et la sécurité maritime dans la zone indopacifique. Les ministres ont également confirmé leur volonté d’une coopération étroite dans les activités de surveillance en mer pour empêcher les navires nord-coréens d’effectuer des transferts illicites de fret de navire à navire pour échapper aux sanctions de l’ONU.

Le Japon et la France, qui ont des territoires d’outre-mer dans les océans Indien et Pacifique, ont renforcé leurs liens sur la sécurité, en menant des exercices militaires conjoints en mer et en ayant régulièrement des échanges entre ministres des Affaires Etrangères et de la Défense.

Toshimitsu Motegi a également évoqué avec des ministres européens la question des enlèvements de ressortissants japonais par la Corée du Nord et leur a demandé leur soutien sur cette problématique.

Il a également rencontré Audrey Azoulay, Directrice de l’UNESCO. Leurs échanges ont porté sur la réforme de l’UNESCO, mais aussi sur la requête adressée par la Corée du Sud de supprimer les “Sites of Japan’s Meiji Industrial Revolution: Iron and Steel, Shipbuilding and Coal Mining” de l’Héritage mondial en reconnaissant la souffrance des Coréens qui ont été forcés à y travailler durant la Deuxième Guerre Mondiale. Le Japon a jugé cette demande inacceptable.

Ce déplacement en France de Toshimitsu Motegi est le premier à l’étranger depuis la nomination du nouveau Premier Ministre japonais Yoshihide Suga. Après ce séjour en France, le ministre des Affaires Etrangères japonais doit continuer son voyage en Arabie Saoudite et au Koweit.