Japon : le tourisme en chute libre du jamais vu depuis 2011

L’année 2020 qui devait être une année faste en terme de tourisme en se basant sur une croissance constante depuis 2012, en capitalisant sur les retombées de la Coupe de monde de rugby de 2019 et les Jo cet été. C’était sans compter sur une accumulation de circonstances plus que défavorables ces derniers mois. Tout a commencé avec le conflit diplomatique avec la Corée du Sud, gros pourvoyeur de touristes au Japon, qui a entraîné une baisse très importante des voyageurs sud-coréens, puis la crise du coronavirus en Chine qui a de fait limiter les déplacements des Chinois et des pays limitrophes.

La crise du coronavirus devenue mondiale dès à présent avec la limitation des déplacements des populations de tous les pays concernés a continué d’aggraver la chute du tourisme au Japon. Il ne manquait plus que le report des Jeux olympiques pour encore plus plomber cette industrie vitale pour le Japon et pour lequel le pays avait de grandes ambitions sur les années à venir.

Ainsi, le nombre de visiteurs au Japon est proche des chiffres désastreux de l’année 2011, où le pays avait subi un tremblement de terre, un tsunami et un désastre nucléaire. En février, le pays du Soleil-Levant a connu une baisse de 58% par rapport à février 2019. Il s’agit du cinquième mois de baisse consécutive de fréquentation. A noter que le nombre de touristes chinois a diminué de 88% et de touristes sud-coréens de 80%.

Les chiffres ne sont pas prêts de s’améliorer avec les restrictions d’entrée au Japon prises récemment à destination notamment des pays européens.