Le Coronavirus relance le débat sur la culture des heures supplémentaires au Japon

Parmi les incontournables de la culture d’entreprise au Japon, il y a la nécessité de passer beaucoup d’heures au travail pour pouvoir espérer progresser dans l’entreprise. Cette habitude semble être remise en cause par l’épidémie de coronavirus que subit le Japon comme bon nombre de pays dans le monde.

Les autorités japonaises ont ainsi demandé aux entreprises d’encourager leurs salariés à travailler de chez eux pour limiter la propagation du virus. A ceci s’ajoute, l’annonce du Premier Ministre japonais de fermer les écoles jusqu’à début avril forçant de fait des millions de parents à envisager le télétravail.

De nombreuses grandes entreprises japonaises ont ainsi pris des dispositions pour favoriser le télétravail de leurs salariés. Ce nouveau fonctionnement va totalement à l’encontre des habitudes des Japonais en matière de travail, mais peut être fera-t-elle évoluer les mentalités qui ont tendance à croire qu’un bon salarié est un employé qui fait de nombreuses heures même si la productivité ou l’efficacité n’est pas démontrée. De plus beaucoup d’entreprises ont aussi tendance à forcer leurs salariés à prendre des jours de congés ou à obliger leurs salariés à venir travailler quand ils sont malades, ce qui en période d’épidémie n’est pas très recommandé. Les autorités japonaises ont un gros travail à faire pour faire comprendre aux chefs d’entreprise la nécessité de prendre des précautions par les temps qui courent quitte à tordre le cou à de vieilles habitudes.