Vie quotidienne au Japon – Du rififi dans les konbini au Japon

Tous ceux qui ont été au Japon reconnaitront les qualités des konbini : pratiques, bien achalandés, horaires d’ouverture très larges…etc.
Mais depuis quelques temps, ils se trouvent dans la tourmente entre le manque de personnel et les difficultés à embaucher, les conditions de travail régulièrement dénoncées notamment. Dernièrement, un franchisé de la marque Seven-Eleven s’est vu notifié la non-reconduction de son contrat par la maison mère en raison de plaintes de clients.
 Le contrat de Mitoshi Matsumoto, le gérant d’un magasin situé à Higashiosaka, a pris fin au 1er janvier 2020 malgré la tentative de celui-ci de trouver une solution amiable. Il envisage d’attaquer en justice la firme japonaise.

Monsieur Matsumoto avait demandé à Seven-Eleven de pouvoir réduire ses horaires d’ouverture en raison d’une pénurie de main d’œuvre conduisant au surmenage de son équipe. Problèmes que connaissent actuellement beaucoup de konbini au Japon ce qui a alerté le gouvernement japonais qui a lancé depuis une étude sur les conditions de travail dans les konbini. Il fermait aussi son magasin tôt le matin et avait demandé à pouvoir fermer pour le nouvel an.  A cela s’est ajouté des plaintes de clients. La direction de Seven-Eleven a donc pris la décision de ne plus collaborer avec Monsieur Matsumoto.

Du coté des autres franchises de konbini, les règles semblent être moins strictes que chez Seven-Eleven malgré le contexte actuel. Chez Family Mart, les horaires d’ouverture ont été réduits et chez Lawson, les propriétaires de magasins n’ont pas l’obligation d’ouvrir 24h/24.