Du Japon à Paris : plusieurs expositions, concert à découvrir en octobre et novembre

En cette période automnale de nouvelles expositions sur le Japon ont vu le jour sur Paris, nous vous proposons de les découvrir. Tout d’abord nous vous emmenons dans le 10ème arrondissement de Paris,  puis dans le Marais pour enfin terminer notre petit tour par la Maison de la Culture du Japon de Paris.

LES RENCONTRES  PHOTOGRAPHIQUES DU 10e  SYLVAIN BIARD présente SHIMA

À l’occasion de la 8e édition des Rencontres Photographiques du 10e, l’association Fetart est heureuse de poursuivre sa collaboration avec la Mairie du 10e. En cette année 2019, nous avons imaginé cette biennale comme une balade photographique pleine de surprises. Balade dans les rues et dans les lieux emblématiques de ce quartier au cœur de Paris. La Mairie en sera l’épicentre en exposant les 12 lauréats de l’appel à candidature.

Pendant un mois, le 10e sera ouvert au monde en présentant des images du territoire le plus proche au plus lointain ; images politiques mais aussi poétiques ou plastiques. Les photographes exposés nous offrent ainsi leur perception du monde et aussi celle de leur propre univers.

Nous serons embarqués dans une balade durant laquelle nos yeux s’ouvriront et se décilleront. Une balade pour prendre le temps de regarder et de réfléchir.

Les Rencontres Photographiques du 10e est un événement généreux, foisonnant, créatif à l’image de cet arrondissent. » Aurélie Lefebvre, Commissaire Générale des Rencontres Photographiques du 10e

Au cours de son sixième périple au Japon, Sylvain Biard voyage seul et plus longtemps, environ deux mois. Il parcourt 5 000 kilomètres et se perd sur les côtes entre Tokyo, Kobe, Tottori et Hiroshima. Le Japon est l’endroit idéal pour se perdre, plonger dans un pays qui alterne technologie et tradition. Shima est un projet à la recherche de cet entre-deux, sur la frontière physique le long de laquelle le photographe se déplace et qui marque le fossé le séparant de cette culture ancestrale et inaccessible.

Sylvain Biard obtient son diplôme à l’École de photographie et d’audiovisuel EFET à Paris en 2006. Il commence son activité professionnelle en tant que cadreur et monteur free-lance et se diversifie aussi dans la photographie institutionnelle. Une très grande partie de son temps libre est occupée par des projets photographiques personnels. Il obtient le premier prix du Brussels Street Photography Festival en 2016 et de l’Italian Street Photography Festival en 2018 avec sa série Les Dominants.

Informations pratiques : Du 29 octobre au 17 novembre de 13h00 à 19h00 / Point Ephemere, 200 Quai de Valmy 75010 Paris / Facebook

 

BAKA -TAKASHI MURAKAMI à la Galerie Perrotin – 16 octobre au 21 décembre 2019

Takashi Murakami revient à la galerie Perrotin trois ans après son exposition Learning The Magic Of Painting. Cette nouvelle exposition fait suite à plusieurs expositions muséales à travers le monde : Tai Kwun Contemporary, Hong Kong (2019); à la Vancouver Art Gallery (2018); au Garage Museum, Moscou (2017-2018), au Modern Museum de Fort Worth (2018); au MCA Chicago (2017) ou encore à l’Astrup Feamley Museet, Oslo (2017).

Il s’agit de la 14ème exposition personnelle de l’artiste à la galerie Perrotin depuis sa rencontre avec Emmanuel Perrotin en 1993. Cette exposition présente une vingtaine d’œuvres dans la salle de bal de la galerie Perrotin, au 60 rue de Turenne, un espace showroom habituellement fermé au public et qui se visite sur rendez-vous.

Informations pratiques : Galerie Perrotin, 60 rue de Turenne, 75003 Paris – Ouverture du mardi au samedi de 11h – 19h hors jours fériés.

MAISON DE LA CULTURE DU JAPON A PARIS

-Yoshida Brothers 吉田兄弟 三味線コンサ-ト – 9 Novembre 2019 à 15h et 20h.

Cette année, les Yoshida Brothers fêtent leurs 20 ans de carrière. Originaires du Hokkaido, les deux frères ne cessent de renouveler depuis deux décennies le répertoire d’un instrument traditionnel: le Tsugaru shamisen, une sorte de luth à trois cordes. Après avoir vendu en 1999 leur premier album « Ibuki » à plus de 100000 exemplaires – un succès remarquable pour ce genre de musique, ils se lancent rapidement dans une carrière internationale qui les mènent plusieurs fois aux États-Unis, mais aussi en Europe et dans plusieurs pays asiatiques. Avec la précision et l’énergie qui caractérisent leur style, ils interprèteront leurs compositions, nous entraînant dans un voyage musical au cœur d’un Japon authentique. Réservation.

– Oscar Oiwa トランスフィア #6 大岩オスカール – Du 18 septembre au 14 décembre 2019

Rio, Tokyo, Paris: Oscar Oiwa, artiste brésilien d’origine japonaise, puise dans ces trois villes olympiques auxquelles il est personnellement lié, matière à interroger le monde d’aujourd’hui. Avec ses dernières créations, il nous invite à plonger dans son univers mi-réaliste mi-fantastique, où pointent parfois l’humour et la nostalgie. L’exposition donne aussi la parole à deux artistes plasticiennes résidant à Paris, sur ce même thème: la Japonaise Makiko Tanaka et la Française Camille Fontaine. Les œuvres de ces trois artistes, riches de leurs approches et de leurs regards propres, évoquent de façon très personnelle les trois grandes métropoles olympiques dernièrement concernées.

L’exposition réunira des dessins et des peintures consacrés à 3 villes hôtes des JO, spécialement réalisés par Oscar Oiwa pour cet événement. L’artiste jouit à ce jour d’une belle carrière internationale qu’il se devait de poursuivre à Paris, à l’aube d’accueillir les Jeux 2024. Alors qu’une rétrospective a été organisée cet été au musée d’Art contemporain du XXI e siècle de Kanazawa, l’exposition de la MCJP se tiendra au même moment que la présentation d’une installation de l’artiste au Hangar, centre d’art de Bruxelles.

Les œuvres d’Oiwa représentent d’un point de vue aérien divers événements ou transformations de l’environnement qui menacent l’humanité (guerres, terrorisme, réchauffement climatique, etc.), et montrent d’une manière allégorique des villes vouées au chaos et une nature qui devrait être un lieu de ressourcement. Pour son exposition à la MCJP, Oscar Oiwa présentera trois nouveaux immenses dessins monochromes de 6,7 mètres de long, ainsi que des peintures où l’on perçoit les métaphores des trois villes olympiques.

Informations pratiques: Maison de la Culture du Japon à Paris101 bis Quai Branly, 75015 Paris

 

 

Exposition – ÔTSU-E : peintures populaires du Japon à la Maison de la Culture du Japon à Paris

« ÔTSU-E : peintures populaires du Japon » est la première exposition organisée en Europe sur l’imagerie japonaise de l’époque d’Edo. Elle révèle, à travers plus de cent vingt œuvres et documents, un art populaire méconnu qui se développa près de Kyoto entre le XVIIe et le XIXe siècle. L’exposition a débuté à la Maison de la Culture du Japon à Paris le 24 avril et se termine le 15 juin. Une opportunité rare à découvrir.

 

Les Ôtsu-e ou « images d’Ôtsu » sont des peintures exécutées au pochoir, qui connurent une grande popularité tout au long de l’époque d’Edo, du début du XVIIe au milieu du XIXe siècle. Elles étaient vendues aux voyageurs et aux pèlerins qui empruntaient la route du Tôkaidô reliant Kyoto à Edo (aujourd’hui Tokyo), et dont la ville d’Ôtsu en est le premier relais. Les thèmes de ces peintures — au nombre d’environ cent vingt — furent d’abord religieux, avant d’évoluer vers des contenus satiriques ou moraux. Le répertoire le plus connu est composé d’une dizaine de sujets — comme le démon travesti en moine ou la jeune fille à la glycine — auxquels furent attribuées des vertus protectrices.

De nombreux artistes du XIXe siècle, en particulier de l’école ukiyo-e, comme Kuniyoshi ou Kawanabe Kyôsai, furent fascinés par cette imagerie et s’en inspirèrent, produisant des versions parodiques qui prolongent leur esprit humoristique.

Ce n’est que dans les années 1920, sous l’impulsion du mouvement pour les arts populaires (mingei), que ces images d’Ôtsu furent redécouvertes, étudiées et miraculeusement préservées par le penseur Yanagi Muneyoshi (1889-1961). Les plus belles pièces de cette collection unique au monde, conservées au Japan Folk Crafts Museum, le musée qu’il fonda à Tokyo en 1936, sont montrées dans l’exposition.

 

En savoir plus.

 

Concours de projets Japan Workshop 2019 de la Maison de la Culture du Japon à Paris

Depuis le 1er février et jusqu’au 31 mars, les étudiants ayant un projet en lien avec le Japon peuvent participer au concours de projets Japan Workshop proposé par la Maison de la Culture du Japon à Paris.

L’objectif du Concours de projets est d’aider à concrétiser un projet professionnel, scientifique, culturel ou éducatif pour ouvrir de nouvelles perspectives dans le domaine des relations franco-japonaises. Les lauréats se verront offrir un séjour d’une dizaine de jours au Japon.

Le Japan Workshop est un programme qui leur permettra d’enrichir leur réseau personnel et de découvrir des aspects méconnus de la société japonaise : ainsi auront-ils le privilège de visiter des grandes entreprises des établissements culturels et des institutions académiques; ils pourront aussi rencontrer de jeunes leaders de l’économie et des chercheurs; il est également prévu d’organiser pour eux des échanges avec des professionnels dans les domaines d’excellence que sont au Japon l’automobile, le design, la mode, les nouvelles technologies, la recherche scientifique, la gastronomie, l’art traditionnel et contemporain, l’architecture, etc…

Modalités pour participer au concours:

– Être inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur pour l’année 2018/2019

– Résider en France métropolitaine durant le concours de projet et le programme du Japan Workshop 2019 (mai – novembre 2019).

– Disponibilité pour participer  à des événements (votre présence indispensable) ; La réunion préparatoire qui aura lieu le 6 juillet 2019 à la MCJP. Le Japan Workshop au Japon du 21 au 31 juillet 2019. La post-présentation qui aura lieu le 5 octobre 2019 à la MCJP.

– Rédiger et présenter le compte-rendu sur les expériences durant le programme « Japan Workshop 2019 ».

– L’intérêt pour le Japon et passionné(e) de renforcer les liens entre la France et le Japon.

Envie de tenter l’expérience ?

KINOTAYO現代日本映画祭, 13e festival du cinéma japonais contemporain

Du 17 au 26 janvier 2019 se tiendra à Paris et dans quelques villes de province, le festival du cinéma japonais contemporain Kinotayo. C’est l’occasion de découvrir un autre cinéma japonais peu visible habituellement en France.

Depuis sa création en 2006, le festival Kinotayo a toujours eu à cœur de promouvoir le cinéma japonais contemporain sous toutes ses facettes en France. La sélection de cette 13e édition n’échappe pas  à la règle et confirme la volonté de rassembler un éventail de thématiques, d’horizons et d’expériences, représentatifs de la richesse du cinéma japonais contemporain.

Le festival Kinotayo s’associe pour cette édition à Japonismes 2018, saison culturelle célébrant le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France, permettant ainsi de cultiver et de développer cette longue amitié franco-japonaise.

Retrouvez l’ensemble du programme sur le site de l’événement.

Exposition – Foujita, Œuvres d’une vie (1886-1968) à la Maison de la Culture du Japon à Paris

Dans le cadre de Japonismes 2018, la Maison de la Culture du Japon à Paris propose une rétrospective sur le célèbre peintre japonais Foujita.

« Foujita, œuvres d’une vie (1886-1968) » est une rétrospective du premier artiste japonais de renommée internationale installé à Paris. Elle réunit 37 peintures représentatives de l’évolution de l’artiste, soigneusement choisies parmi les collections de musées japonais et français.

Elle retrace l’ensemble de la carrière de Foujita – de son arrivée à Paris en 1913 à sa mort en 1968, mettant en lumière la faste période du Paris des années 1920. Une dizaine d’œuvres des années 1930 et 1940 réalisées en Amérique latine et au Japon – notamment deux peintures de guerre – sont montrées à Paris pour la première fois.

Le parcours de l’exposition, qui s’articule autour de cinq sections, présente l’essentiel de 60 ans de création et propose de porter un regard inédit sur l’œuvre de Foujita.

L’exposition est visible du 16 janvier au 16 mars 2019.

En savoir plus.

Japonismes à la Cinémathèque de Toulouse du 4 janvier au 7 février 2019

La Cinémathèque de Toulouse organise un événement exceptionnel dans le cadre de Japonismes 2018 en partenariat avec la Fondation du Japon et National Film Archive of Japan avec le soutien généreux de Kinoshita Group et Renault-Nissan-Mitsubishi.

A l’occasion du 160e anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France, elle propose une programmation tout droit venue du Japon, principalement présentée à La Cinémathèque française et à la Maison de la Culture du Japon à Paris.

Une trentaine de films ont été sélectionnés pour Toulouse dont plus de la moitié n’ont jamais été diffusés à Toulouse. On y retrouvera les grands noms du cinéma japonais excepté Kurosawa qui a bénéficié en 2017 d’une importante rétrospective.

L’équipe de la Cinémathèque a préféré privilégier des films rares, singuliers, ou tout simplement « à découvrir » avec la volonté de faire découvrir de véritables trésors.

La  programmation est divisée en deux parties: « Les classiques » et « Les insolites », du début des années 1930 aux années 2000.

Vous pourrez retrouver dans cette sélection la plupart des genres : comédie, film de policier et de yakuza, comédie musicale, film de guerre, mélodrame, Jidai-geki (film historique), Kaiju eiga (film de monstres) ou encore du Pinku-eiga (films érotiques)… De quoi satisfaire le plus grand nombre et étoffer sa culture cinématographique !

Retrouvez toutes les informations et la programmation.