Bridgestone, une histoire japonaise

Nous commençons aujourd’hui un nouveau cycle d’articles sur les grandes entreprises japonaises et leur histoire.  Ce sont toutes des grandes marques que l’on peut trouver à travers le monde mais qui les connait vraiment ?

Aujourd’hui, nous allons vous parler d’un des leaders mondial des pneumatiques, la société Bridgestone.

La marque japonaise a été fondée par Shojiro Ishibashi en 1931. Originaire de Fukuoka, il va reprendre à 17 ans l’entreprise familiale qui était spécialisée dans le textile, pour ensuite s’orienter dans la fabrication de semelle de caoutchouc. Puis plus tard dans l’industrie du pneu, tout d’abord sous la marque Tabi qui deviendra Bridgestone en 1931. Pour l’anecdote, le nom Bridgestone est venue assez facilement puisqu’elle correspond à la traduction en anglais de « Ishibashi », qui veut dire le « pont de pierre ».

Parmi les activités peu connues de la marque japonaise, on retrouve la production de motos pendant quelques années après la fin de la deuxième guerre mondiale tout en continuant bien entendu son activité principale de fabrication de pneus. Mais cette production a rapidement pris fin et la marque s’est focalisée sur son cœur de métier.

En grand amateur d’art, Shojiro Ishibashi a créé la fondation Ishibashi et un musée Bridgestone à Tokyo où sont exposés les œuvres de sa collection personnelle. vous pourrez y voir des œuvres de Delacroix, Corot, Foujita, Modiglianie, Cézanne, Picasso et d’autres grands noms de la peinture.